mardi 10 juillet 2007

Réflexions


test par ordinateur - 2007

Je crois que je comprends maintenant pourquoi je n'ai que très peu utilisé la perspective en peinture. Pour ma part, la peinture est un acte bidimensionnel. Ce qui résulte de cet acte est une expression de surface, une toile. Autrement, je sens que cela se rapproche plus de l'ordre de l'illustration, voire de la photographie.
Je ne suis pas désintéressé par la profondeur, mais l'étendue de la surface me donne une "plage" d'expression directe, manuelle, éliminant tout artifice que peut engendrer le besoin de créer une image tridimensionnelle sur une surface qui ne l'est pas.

Aïe! Deviendrais-je conceptuel? Non, je ne fais que cerner l'une des raisons qui me pousse à peindre. Le plaisir de la surface.
Reste probablement à identifier les autres raisons, mais élaborer cette réflexion échafauderait peut-être plus de justificatifs que de raisons réelles.

Pourquoi soudainement une telle réflexion? Probablement parce que c'est l'été (ou ce qui semble l'être). En fait, je me rends compte, depuis toutes ces années, que ma période féconde en création est l'hiver et que lorsque le temps s'adoucit, je sors de ma tanière et je passe à autre chose.
J'ai toujours une sorte de culpabilité à ralentir mon rythme, comme si quelque chose allait m'échapper.
C'est peut-être le cas, mais je ne le saurais jamais.
Quoi qu'il en soit, sitôt le froid revenu, le feu se rallume et une kyrielle de toiles émergent! (Au secours! Je n'ai plus de place!)

À l'issue de ces périodes intensives de création, une bifurcation s'opère à chaque fois, et l'engagement soudain sur une voie différente me pousse à faire une pose et observer mon travail sans plus rien toucher. Cette fin de saison, ce fut la découverte des cheminées.
Mais, contrairement à ce qui semble être devenu une tradition, ces images me stimulent à continuer. Plus lentement, mais de façon certaine.

J'ai classé finalement la toute dernière toile Structures industrielles dans les hors-séries, du fait de sa composition perspective.
Si la tendance des cheminées se défini plus qu'actuellement, je créerais probablement une nouvelle série, différenciée des "Formes noires". Mais pour l'instant, ces cheminées sont si proches des dites formes noires, que je les laisse vivre en cohabitation, peut-être pour voir où cela me mènera.
.

1 commentaire:

Tristan Rêveur a dit…

J'adore beaucoup cette peinture...